Éducation : le projet d’appui à l’éducation bilingue de base franco-arabe du Mali pour reformer et donner un élan aux écoles medersas lancé à Kayes

0
186

Élargir l’accès et améliorer la qualité de l’enseignement bilingue (franco-arabe) au Mali tout en renforçant son intégration dans le système éducatif national par la création d’un Institut de Formation de Maîtres (franco-arabe) à Kayes, la réhabilitation et l’extension de l’Hégire de Tombouctou, la réforme des curricula des médersas/franco-arabe et des écoles coraniques sont entre autres, les objectifs du projet d’appui à l’éducation bilingue de base franco-arabe du Mali (PAEBB). Ce projet d’envergure nationale a été initié par le Gouvernement du Mali avec l’accord de prêt sur les ressources du Fonds de Solidarité Islamique et signé le 11 juin 2015 à Bamako entre le Mali et la Banque Islamique de Développement (BID) . Débuté en 2016, il doit normalement prendre fin en 2020.
Après le lancement national en février 2019 à Ségou ; la phase de Koulikoro en mai dernier, c’était au tour de Kayes d’accueillir la cérémonie de lancement des activités dudit projet dans la 1re région. Cette cérémonie de lancement a eu lieu dans la salle de réunion de l’académie d’enseignement de Kayes, le mardi 09 juillet 2019 et a été présidée par le Gouverneur de la région de Kayes, le Contrôleur Général de Police Mahamadou Zoumana Sidibé.
Après son lancement, les responsables ont tenu à rencontrer la presse locale au cours d’une conférence de presse le mercredi 10 juillet dans les locaux de l’AE-Kayes pour mieux expliquer le projet.
Devant un parterre de journalistes, de blogueurs et d’animateurs  radio, le Directeur de l’Académie d’Enseignement de Kayes, M. Seydou Nourou Maïga a salué le PAEBB pour son engagement dans le domaine de l’éducation et sollicité les hommes de médias à bien véhiculer le message auprès des populations.
Pour sa part, le coordinateur du projet, M. Bouraima Coulibaly s’est dit satisfait des avancées faites par le Gouvernement du Mali dans la prise en charge des écoles coraniques et médersas avant de laisser entendre « en plus des renforcements de capacités pédagogique (formation de 5000 enseignants de médersas ; 2500 directeurs des médersas et 1000 maîtres d’école coraniques), le projet doit équiper les écoles coraniques en matériels informatiques avec des tablettes numériques et des micro-amplificateurs, mais aussi une large campagne de sensibilisation pour la promotion de l’enseignement bilingue franco-arabe et l’équipement des services techniques de suivi et évaluation en matériels informatiques.
Les contraintes dans la mise en œuvre du projet :
Parlant des contraintes dans la mise en œuvre du projet, M.Coulibaly a aussi déploré les multiples problèmes auxquels ils font face dans l’exécution du programme. Selon le coordinateur, « c’est l’agence de la BID installée au Sénégal qui traite les dossiers du projet pour nous, afin d’avoir le financement mais, cela est un véritable calvaire car, un dossier d’une semaine peut prendre des mois sans que nous n’ayons une réponse » une chose qui freine l’avancement du projet et d’ajouter, « la 2ème grosse difficulté est le non-respect des engagements de la partie malienne. Le Mali ne paye pas toute sa part qui est estimée à 300 000 000f/an ». Sur ce point, le coordinateur s’est dit optimiste quant à l’engagement de l’actuel Gouvernement à honorer la participation du Mali dans la réalisation du projet. À ce jour, le taux d’exécution du projet est de 27 %.

 Sinsin Salomon Tienou

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP ! Entrez votre commentaire
Veuillez entrer votre nom ici