Comprendre la naissance et les dessous d’une crise qui frappe le cercle de Kéniéba

0
342

Pas de carte d’électeurs biométriques à Kéniéba, comment la présidentielle 2018   se déroulera si ces  cartes ont été brûlées lors des manifestations survenues dans la localité ?

La situation qui prévaut dans le cercle de kéniéba  et  conduit aux  affrontements entre manifestants  et forces de l’ordre le lundi 11 juin 2018 tire sa source de loin et celle-ci  qui a fait mort d’hommes est interpellateur à la fois et amène à se pencher sur certains évènements clés  survenus dans la localité ces derniers temps.

La visite à Koulouba et le soutien au Président IBK contesté

D’abord les chefs traditionnels et leurs communautés avaient montré de façon claire leur mécontentement après qu’un groupe s’était constitué pour rencontrer  à Koulouba le chef de l’Etat Ibrahim Boubacar Keita en  lui apportant un soutien  au nom de toutes les communautés du cercle de Kéniéba et contestés par certains habitants qui ‘’Disent ne pas se reconnaitre en ce soutien’’ .

Cette situation avait crée un  remous  au sein de la communauté qui a dénoncé ce soutien au président IBK en leur nom ‘’sans consultation au préalable de toutes les communautés’’ et la voie  à  ‘’des fins  politiciennes  personnelles’’ des initiateurs, chose qui a été vigoureusement dénoncée haut et fort  à travers  une marche des populations  organisée à Kéniéba  pour fustiger ce comportement .

Les factures de KAMA S.A récusées à cause du prix élevé

le refus du payement des factures  a trouvé une  issue  le 08 juin 2018 dernier après une rencontre entre  le premier ministre Soumeylou Boubeye Maiga  et des médiateurs  du cercle qui s’étaient rendus  à Bamako pour  trouver une solution à ce problème.

En effet, les  populations de Kéniéba  refusaient de  payer la facture d’électricité de la Société KAMA S.A qu’elles accusent de ne pas  respecter ‘’ la facturation  du KW/H  au même prix que l’EDM S.A.’’

Après plusieurs rencontres et médiations, la situation a connu un dénouement satisfaisant en obtenant ‘’ le payement des  factures à partir du mois d’avril 2018 et une électricité permanente dans la ville’’  selon  la médiation de Kéniéba.

Une manifestation longtemps étouffée par des négociations peu porteuses

cette manifestation du lundi 11 juin 2018  devenue une préoccupation et attirée l’attention de tout le Mali et le reste du  monde vers Kéniéba  en début de semaine par  des incendies de bâtiments publics, des cartes d’électeurs  biométriques brûlées et mort d’hommes  date  de la 2 ème  semaine du mois de mai 2018 lorsqu’un groupe de jeunes  du bureau communal de la jeunesse déclenche un mouvement  de protestation puis  bloque  l’accès à  la mine d’or de Gounkoto et réclame  le départ de la  directrice des ressources humaines  de la mine  et le Secrétaire général du  Syndicat des  travailleurs.
Les jeunes reprochent  à la directrice des ressources  humaines « d’avoir défavorisé la communauté de Kéniéba en matière d’emploi et l’amélioration des conditions  de vie des travailleurs locaux au détriment des travailleurs venant de Morila et Siama et réduire le taux de recrutement communal  par des critères non favorable aux locaux. ».
 Selon le Secrétaire général du Bureau communal  de la jeunesse de Kéniéba  Toutouba Sissoko ‘’les recrutés de siama et Morila font parfois des formations de  3 mois avant  de débuter  le travail, pourquoi pas nous aussi ?’’ s’est-il interrogé.
Quant au Secrétaire général du  Syndicat des travailleurs, les jeunes  lui reproche   ‘’ la signature d’un document avec la direction de la Mine, qui stipule que les travailleurs GMS n’auront aucune doléance de revendication jusqu’en 2021 sans consulter la base.’’

Echec des négociations  sans accord et des  sanctions disciplinaires

Après des négociations  sans succès avec la direction de Randgold, pour  trouver une issue à leur revendication fondamentale qui est ‘’ la reprise automatique des jeunes qui ont effectué des stages de plusieurs mois au sein de la société mais qui sont  mis à l’écart au profit  de la main d’œuvre en provenance d’ailleurs au moment des recrutements ’’ y  voient des pratiques  douteuses  et contraires  aux  principes de l’équité et de l’égalité.Les nombreuses  démarchent auprès des  autorités administratives du Cercle n’ont pas permis de débloquer la situation. Une procédure de sanctions disciplinaires à l’endroit des responsables du bureau communal employés dans la mine,  donne lieu  à des suspensions.

Dépassés  par la tournure des événements, les jeunes multiplient les rencontres avec les autorités communales, les leaders traditionnels afin d’éviter que la contestation ne prenne une autre  tournure, mais cela ne  fera pas tomber la tension et le lundi 11 juin 2018 une confrontation avec les forces de l’ordre  s’étend à la ville de Kéniéba.

Des  morts, des blessés, des bâtiments publics incendiés et des ‘’cartes d’électeur  biométriques brûlées ‘’

Le bilan de ces affrontements entre manifestants et les forces de l’ordre est de  2 morts et plusieurs  blessés puis ‘’des bâtiments publics  incendiés  et les cartes d’électeur biométriques brûlées’ selon un communiqué du ministère de l’administration territoriale dans la journée du lundi.

La gravité de la situation a  conduit le gouverneur de région dans la localité et organisé  une rencontre avec  les autorités locales, religieuses et les notables  pour trouver une solution puis  mettre fin à  la crise de  Kéniéba.

La ville sous gaz lacrymogènes, des habitants matés et des arrestations

Avant cette rencontre, des renforts militaires qui s’étaient rendus  sur place ont lancé des gaz lacrymogènes dans tous les sens de la ville, matés et procédés à des arrestations  créant la panique totale et la peur pendant qu’un avion militaire survolait la ville.

Des habitants de Kéniéba  sont restés terrés  chez eux toute la journée du  mardi 12 juin 2018 jusqu’à ce que le maire de la commune Moussa  camara lance  un appel au calme en demandant aux populations de ‘’reprendre leurs activités et ouvrir les commerces’’.

Selon un habitant de la ville ’’un couvre feu a été instauré à kéniéba de 16h à 07h’’

La question que tout le se pose maintenant est  ‘’Comment les populations du cercle de kéniéba accompliront leur devoir civique lors des prochaines élections présidentielles si leurs cartes d’électeur biométrique ont été brûlées lors des manifestations ?’’.

Les jours et semaines  à venir nous  dirons  plus sur la manière dont les populations de kéniéba pourront prendre part au vote lors du scrutin présidentiel.

La  situation de Kéniéba  a donné lieu à un aménagement de dispositif sécuritaire à Kayes par le  renforcement des agents de  sécurité autour de certains bâtiments public.

Pour l’heure, les auteurs  des troubles sont recherchés pour être conduits en justice.

KayesKunafoni

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP ! Entrez votre commentaire
Veuillez entrer votre nom ici