Guinée. Alpha Condé déchu, un 3 e mandat de trop ?

0
292
Alpha Condé dans son bureau le 24 octobre 2020

Après l’épisode du capitaine Dadis Camara, les militaires guinéens se sont encore illustrés sur la scène politique de leur pays. À 84 ans, le professeur Alpha Condé au pouvoir depuis 2010 a été déposé dimanche 5 septembre, par ses forces spéciales.

 

C’est dans l’un des salons du palais de Sékoutoureya que le président guinéen Alpha Condé en chemise et au milieu de ses tombeurs est apparu sur les réseaux sociaux. Peu de temps après, le chef du putsch, le colonel Mamady Doumbouya, annonce son arrestation, mais également la dissolution de la Constitution, du gouvernement et toutes les institutions de la République selon ses propres termes. Le colonel, Mamady Doumbouya, a aussi annoncé la fermeture des frontières aériennes et terrestres ainsi que l’instauration d’un couvre-feu.

Confusions à Conakry

C’est aux environs de 8 heures du matin ce dimanche 5 septembre, que les premiers tirs à l’arme lourde ont été entendus dans les environs du quartier présidentiel. D’abord, les premières informations faisaient état d’un mécontentement de certains militaires, qui finira par se transformer en une prise de pouvoir.

A l’annonce de l’arrestation d’Alpha Condé, une foule en liesse était visible certaines rues de Conakry pour célébrer la fin du règne de celui qui dirigeait la Guinée depuis 2010, et qui était dans la première année de son 3 e mandat.

Réaction de la communauté internationale

Dans un communiqué publié dimanche soir, le président ghanéen et président en exercice de la CEDEAO condamne le putsch en appelant les militaires au retour à l’ordre constitutionnel sous peine de sanctions, mais également à la libération immédiate et sans condition du président guinéen et des personnalités arrêtées, indique le faire part du président ghanéen. Même son de cloche du côté de l’Union africaine qui a aussi condamné le coup d’Etat.

Après les Africains, c’est le Secrétaire général de l’ONU qui s’est prononcé sur la situation guinéenne, via son compte Twitter.  La France a également condamné le coup d’Etat par la voix du Quais d’Orsay dans la même soirée du dimanche.

Une militarisation du pouvoir ?

Dans un communiqué lu à la télévision nationale guinéenne, le CNRD a convoqué les anciens ministres ce lundi et invité les secrétaires généraux des ministères à assurer les affaires courantes. Dans le même communiqué, les nouvelles autorités de la Guinée ont remplacé les gouverneurs de région, les préfets et sous-préfets par des militaires.

Il faut rappeler que depuis la modification de la Constitution qui a permis au président Alpha Condé de se présenter à un 3 e mandat, la situation politique entre l’opposition et le pouvoir s’était effritée.

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP ! Entrez votre commentaire
Veuillez entrer votre nom ici