Les défis qui attendent les candidats pour la course de Koulouba à Kayes

0
1476

’Le train voyageur l’un, des plus grands défis à relever pour les kayesiens’’

 

Pour ces élections présidentielles de 2018, les populations de la cité des rails comptent choisir leur candidat en fonction de leur centre d’intérêt et de la pertinence du programme que chaque candidat leur présentera. La plus grande préoccupation parmi tant d’autres demeure la reprise du train voyageur qui est sur toutes les lèvres. Le syndicat des cheminots réclament plus de 4 mois de salaire, mais ces cheminots  sont toujours en attente et ne savent plus à quel sein se vouer.

Les populations de Kayes attendent beaucoup et beaucoup du futur  président de la République du Mali à l’issue des élections présidentielles qui s’annoncent serrées dont le premier tour est prévu le 29 juillet 2018.

Première région administrative sur les dix que compte actuellement le Mali, la région de Kayes qui était autrefois une vitrine pour notre pays  à cause du trafic ferroviaire  Dakar-Bamako (DBF)  est confrontée à un certain nombre de problèmes tel que le chemin de fer, les routes, la santé, l’éducation et plusieurs autres secteurs qui sont  en souffrance d’infrastructures adéquates et celui qui alimente les débats sur toutes les lèvres  dans les familles  à Kayes est l’arrêt du train voyageur.

Malgré le Programme d’Actions du Gouvernement (PAG) pour la période 2013-2018, qui a été  élaboré sur la base des hautes orientations du Président de la République sortant et candidat à sa propre succession Son Excellence  Ibrahim Boubacar KEITA qui se proposait  de prendre en charge les priorités du Président de la République dans plusieurs secteurs, la solution de la reprise du train voyageur pour les kayesiens est toujours un rêve qui ne se concrétise pas  et les travailleurs du chemin de fer réclament plus de quatre mois de salaire.

Pour faire bouger les lignes du train voyageur, un ‘’collectif sauvons les rails’’ a été crée mais le problème persiste toujours. La reprise du train voyageur n’a été qu’un rêve de courte durée.

Plusieurs sit-in, marches, et les nombreuses communications dans la presse pour attirer l’attention des autorités et les différents gouvernements qui se sont succédés  ces dernières années au Mali à se pencher sur le problème du train voyageur n’ont pas permis de débloquer la situation et les cheminots vivent  dans la précarité  depuis des mois sans salaire avec toutes les conséquences familiales.

Qui parmi les vingt-quatre prétendants à la course pour  Koulouba pourra-t-il retirer cette grosse épine du pied des populations de Kayes et alléger leurs souffrances particulièrement le cas des cheminots sans salaire depuis des mois ?

L’arrêt de ce train voyageur impact négativement le gain des populations.  Selon un ex-cheminot à la retraite « Tous les villages traversés par les rails connaissent des difficultés économiques parce que les habitants n’arrivent pas à faire écouler leurs produits agricoles sur le marché  et cela cause  un énorme  problème financier à tous les niveaux. Tout est cher au marché ».

Pour le syndicat des cheminots de Kayes «Notre situation a été négligée par les autorités. Que des promesses non tenues et nous voterons  pour celui qui sera  prêt à nous écouter et résoudre nos problèmes. Des mois sans salaire avec nos familles  c’est très difficile. Notre choix pour ces élections est très capital. » averti le secrétaire général du syndicat des cheminots de Kayes.

En dépit du train voyageur à l’arrêt, des infrastructures routières sont en dégradation  notamment l’axe Kayes-Bamako qui présente beaucoup de nids- de- poule.

La construction du deuxième pont  à Kayes qui doit desservir le premier est toujours en chantier, ainsi que la route Kayes-Sadiola et Sadiola-Kéniéba.

Le trafic aérien connaît lui aussi un arrêt depuis un long moment malgré les travaux effectués pour le stockage du kérosène à l’aéroport Dag-Dag de Kayes, toujours pas d’avion dans le ciel kayesien en dehors de ceux des autorités de Bamako.

Le secteur de la santé demeure aussi un défi majeur à relever. L’Hôpital régional  n’est pas à l’abri et est confronté à d’énormes difficultés telles que le scanner et la défaillance de certaines machines qui sont hors-service pour ne citer que ceux-ci.

Au plan éducatif, beaucoup d’établissements publics ne sont pas épargnés de la vétusté des infrastructures ou en manque cruellement et le Lycée Dougoukolo Konaré  est une parfaite illustration. Dans certains villages, le manque d’enseignants est un véritable problème  sans oublier la double vacation et le surnombre d’élèves  dans les classes.

Ceux à quoi devraient s’attendre les prétendants pour le fauteuil présidentiel sont ces problèmes parmi tant d’autres décriés à longueur de journée par les populations de la cité des rails dans les familles et les grins de thé.

Michel Yao

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP ! Entrez votre commentaire
Veuillez entrer votre nom ici