Le président IBK à Kayes : la faible mobilisation

0
379

C’est un accueil glacial qui a été réservé au président de la République Ibrahim Boubacar Keita par les populations de la 1ère région administrative du Mali. Les jeunes scolaires ont été appelés à la rescousse.

Malgré la présence de plus de 60 partis politiques (Convention des partis politiques de la majorité présidentielle), le président IBK continue d’être humilié. En effet, en visite à Kayes, le président de la République Ibrahim Boubacar Keita, dans le cadre de la journée mondiale de la femme rurale couplée à la journée mondiale de l’alimentation, a été encore boudé par les populations.

Ce lundi, le président de la République a été glacialement accueilli dans la cité des rails qu’il croyait être son fief à tel point que les organisateurs ont joué à la farce en faisant sortir les élèves pour meubler les rues qui jalonnent le passage du cortège présidentiel. Une journée d’école perdue pour les enfants maintenus sous un soleil de plomb juste pour faire plaire au président IBK.

Selon les Kaysiens, les raisons de cette faible mobilisation sont multiples. Il s’agit entre autres de la déception d’une région qui avait entièrement porté sa confiance en un homme qui affichait un semblant de sérieux lors de la campagne présidentielle de 2013. Il y a aussi le choix de la voie des airs…

Du moins, de l’avis de plusieurs responsables de Kayes, ils sont déçus du fait que le président IBK ait superbement ignoré leur région jusqu’à la fin de son mandat. «Au lieu d’aller par la route pour se rendre compte de l’état de dégradation de la route, IBK et sa délégation sont allés par avion. C’est une manière pour le chef de l’Etat d’ignorer nos problèmes notamment le tronçon Bamako-Diéma qui fait plus de 200 km de route impraticable… C’est par avion que le président a préféré venir chez nous. Il ne pourra pas savoir le calvaire des usagers de cette route économique du Mali», souligne un habitant de Kayes.

Pour manifester leur mécontentement, les Kayesiens ont préféré vaguer à leurs occupations comme si rien n’était. «Il paraît que le président IBK doit venir, mais je ne sais pourquoi ?» s’interroge un commerçant.

Surpris de la faible mobilisation, les organisateurs pris de panique sont descendus dans les rues et ruelles pour mobiliser les populations afin d’accueillir le président de retour du village Awadebaya situé à 15 km de la ville de Kayes, où devaient se dérouler les cérémonies de la journée mondiale de la femme rurale. Rappelons que la ville de Kayes est située à 495 km de la capitale malienne.

Zan Diarra

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP ! Entrez votre commentaire
Veuillez entrer votre nom ici