Kayes-restitution des activités du Complexe minier Loulo/Gounkoto : plus de 660 milles onces d’or produits en 2018 et un investissement de plus de 2,2 millions de dollars

0
284

En faveur d’un atelier organisé ce samedi 03 août 2019 à l’hôtel Sahel de Kayes, le Complexe minier Loulo/Gounkoto de Randgold opérant dans la région plus précisément dans le cercle de Kenieba, a fait la restitution des résultats obtenus pour ses activités en 2018. Devant un parterre de journalistes, des leaders communautaires et la société civile de la cité des rails, le sous-préfet central de Kayes et deuxième adjoint au préfet du cercle de kayes, M.Amandou Gassambé représentant le Gouverneur de région a présidé le dit atelier de restitution.


L’objectif de l’atelier est d’informer et de sensibiliser les populations locales, sur les impacts des mines au niveau local selon les organisateurs, mais aussi répondre à de multiples questions que se posent les communautés locales, sur les impacts des mines.
Avant la projection d’un film documentaire sur les réalisations du Complexe minier, suivie d’une présentation du Directeur général et le responsable chargé du développement communautaire, M. Amadou Gassambé a martelé que la rencontre « permet d’informer les populations « .
Présentant le fonctionnement du complexe minier Loulo/Gounkoto, ses actions et ses partenaires, le Directeur général M. Tahirou Ballo a expliqué que depuis sa création, « le complexe a produit plus de 3,6 millions d’onces d’or et dispose dans son plan, des réserves qui sont exploitables jusqu’en 2030 ».
Selon M.Ballo « la gestion efficace a permis à RandGold d’être parmi les grands groupes miniers, ce qui a permis à des ingénieurs maliens d’être à des postes internationaux en Afrique centrale, en Asie et très prochainement aux États-Unis d’Amérique ».

Pour sa part, M.Youssou Ongoiba, chargé des actions de développement communautaires, « les réalisations au titre de l’année 2018 ont touché cinq secteurs à savoir : l’eau potable, l’éducation, la santé, l’assainissement et le micro business » et d’ajouter « plus de 2,2millions de dollars ont été investis dans ces différents secteurs pour la mise en place des forages solaires, la construction des écoles et des centres de santé des villages du Complexe, mais aussi, la création des micros finances à travers l’Agro business ( agriculture, aviculture, marécage, pisciculture, élevage, etc.) ».
Pour l’année 2018, les responsables du complexe ont annoncé, la production de plus de 660 milles onces d’or et ramené à 0,4% les accidents de travail et le paludisme à moins de 34% avant de rappeler que « le complexe verse ses taxes et sa partante à l’Etat qui doit à son tour verser 60% à la mairie, 25% au Conseil de Cercle et 15% Conseil Régional », « la gestion de ces fonds n’est pas du ressort de la mine » a martelé M. Ballo.
Cependant, le complexe minier de Loulou/Gounkoto a signalé faire face à certains défis auxquels il est confronté comme l’assainissement, l’exploitation minière illégale, le dragage, l’abandon de l’école par les élèves pour se donner à l’exploitation minière.
Pour rappel, le deuxième producteur africain Randgold a été racheté par le géant minier canadien Barrick, premier producteur mondial d’or en 2017 pour plus de 6 milliards de dollars en actions et s’appelle désormais Barrick en faveur d’une fusion annoncée le 24 septembre 2018 par les dirigeants des deux entreprises.

Sinsin Salomon Tienou

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP ! Entrez votre commentaire
Veuillez entrer votre nom ici